Logo Région académique Ile-de-France - académie de CréteilÉducation artistique et culturelle de l’académie de Créteil

Second appel à projets pour 2017-2018

04 / 04 / 2017

Pour la mise en œuvre du PEAC, secondappel à projets pour 2017-2018appel à projets pour 2017-2018.

Second appel à projets « mise en œuvre du parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC) » pour 2017-2018

Fiches

Notices d’accompagnement

Propositions de PIE 2017-2018

Septembre 2017

  • Actions musicales de Banlieues bleues (musique)

    Actions musicales de Banlieues bleues (musique)

    Partenaire : Banlieues Bleues.

    Les Actions musicales portent des projets originaux tant pour les publics touchés que pour les artistes, en suivant plusieurs principes : l’association étroite des artistes programmés à la construction des projets, l’ouverture la plus large possible des travaux artistiques au public, l’exigence artistique et pédagogique, l’attention particulière portée aux jeunes et à la pratique collective en amateur.

    Les Actions musicales peuvent prendre des formes multiples : des projets de grande envergure sous la forme de résidences mais aussi des ateliers de pratique musicale ou de découverte, des master-class, des conférences ou rencontres musicales, des concerts-rencontres.

    Elles associent des publics très variés : collégiens, lycéens des filières classiques, technologiques et professionnelles, élèves de conservatoire de musique et de danse, étudiants d’université, mais aussi des jeunes des quartiers, membres d’associations de toutes natures, élèves d’écoles maternelles, personnes âgées…

    Budget
    • Format classe à PAC : le projet est facturé 1000 € TTC à l’établissement. La DAAC participe à hauteur de 500 €.
    • Format Atelier de pratique artistique : le projet est facturé 1900 € TTC à l’établissement. La DAAC participe à hauteur de 1200 €.
    Contact

    Yves Guinchat, conseiller musique DAAC : yves.guinchat@ac-creteil.fr – 📞 01 57 02 66 59
    Stéphanie Touré, Actions musicales Banlieues Bleues : 📞 01 49 22 10 25 ou stephanie@banlieuesbleues.org

  • À la découverte de l’Orchestre national d’Ile-de-France (musique)

    À la découverte de l’Orchestre national d’Ile-de-France (musique)

    L’Orchestre national d’Ile-de-France et la DAAC du rectorat de Créteil collaborent depuis de nombreuses années pour permettre à tous de découvrir l’univers de l’orchestre symphonique.

    Présentation du projet, contacts (PDF, 192 Ko)

  • À la découverte des métiers d’art / design au collège (arts visuels)

    À la découverte des métiers d’art / design au collège (arts visuels)

    Dispositif organisé par l’INMA (Institut national des métiers d’art), le Musée des arts décoratifs et le Centre des monuments nationaux.

    À partir des collections, ressources patrimoniales des sites participants (Musée des arts décoratifs, basilique de Saint-Denis, Conciergerie et Sainte-Chapelle, château de Vincennes) et avec le concours de maisons, manufactures et ateliers prestigieux, des élèves de 4e et 3e seront invités à découvrir et à identifier matières et techniques, métiers et formations autour des domaines du bois, de la céramique, du cuir, du papier, de la pierre, du textile et du verre.

    À l’occasion de cette journée, le projet peut s’enrichir autour de nombreuses initiatives : visites commentées dans les musées, rencontres professionnelles, workshops (atelier) avec des professionnels ou des élèves de lycées préparant au design et/ou métiers d’art de l’académie.

    Public visé : collèges (classes de 4e et 3e)

    Informations : isabelle.grassart@lesartsdecoratifs.fr

    Inscription : fiche d’inscription (DOC, 36 Ko)
    à retourner avant le 20 octobre 2017 à l’adresse jeune@lesartsdecoratifs.fr

    Plus de renseignements :  Participation au programme À la découverte des métiers d’art

    Contact DAAC de Créteil : sylvain-francoi.bory@ac-creteil.fr, 📞 01 57 02 66 68

  • Anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (droits de l’homme et cultures)

    Anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (droits de l’homme et cultures)

    En 2018 aura lieu l’anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme (DUDH). L’objectif est qu’à l’occasion de cet anniversaire les élèves s’approprient et fassent vivre cette Déclaration.

    Pour commémorer cet évènement, il est proposé aux élèves de l’académie de s’approprier cette Déclaration en mesurant ses enjeux hier et aujourd’hui tout en en produisant une traduction ou une interprétation artistique de leur choix, par une expression écrite/orale ou par une déclinaison plastique ou musicale.

    Pour bien comprendre les enjeux de cette Déclaration universelle, chaque classe pourra, en plus de l’enseignement dispensé par les professeurs, recevoir la visite d’un membre des associations partenaires et agréées par l’Éducation nationale (avocat-e, historien-ne, professeur-e de droit…). Des documents pédagogiques seront construits à cette occasion. Les classes travailleront ensuite avec un artiste dans le cadre d’un partenariat. Les artistes pressentis relèveront de domaines différents : littérature, musique, arts visuels. Un parcours du spectateur ainsi que des visites d’expositions en lien avec le thème pourront approfondir la réflexion des élèves et compléter ce projet.

    La préparation de la manifestation se déroulera toute l’année scolaire 2017-2018 et pourra se poursuivre jusqu’à la restitution le 10 décembre 2018.

    Trois axes artistiques possibles pour ce projet
    1. Dans le domaine de la littérature, partenariat avec un écrivain pour écrire une nouvelle autour d’un (ou plusieurs) article(s) de la Déclaration dans le cadre d’un atelier d’écriture avec l’écrivain.

      Budget total :
      8 heures d’atelier avec l’écrivain, soit 1600 €.
      Le rectorat prendra en charge la moitié de la somme totale, soit 800 €, l’autre moitié sera à la charge de l’établissement.

    2. Dans le domaine de la musique, partenariat avec un compositeur pour une création sonore à partir du texte de la Déclaration.

      Budget total :
      15 heures d’atelier avec le compositeur, soit 1350 €.
      Le rectorat prendra en charge la moitié de la somme totale, soit 675 €, l’autre moitié sera à la charge de l’établissement.

    3. Dans le domaine des arts visuels, partenariat avec un artiste plasticien sur plusieurs axes au choix : création plastique à partir du texte de la Déclaration, création d’un frontispice de la Déclaration comme il y en a pour la Déclaration de 1789. On peut penser également à la création d’une typographie spécifique dans les classes d’arts appliqués en lien avec le contenu des articles dans le domaine du design graphique.

      Budget total :
      12 heures d’atelier avec l’artiste plasticien, soit 950 €.
      Le rectorat prendra en charge la moitié de la somme totale, soit 480 €, l’autre moitié sera à la charge de l’établissement.

    Valorisation de ces projets

    Valorisation pour toutes les classes dans un lieu et une date communs.
    Ce lieu accueillera les restitutions plastiques et disposera d’une salle pour les restitutions orales et musicales.

    Pour plus d’information contacter :

    Au rectorat de Créteil, à la Délégation académique à l’éducation artistique et à l’action culturelle (DAAC) :
    Anne Moreau, conseillère droits de l’homme et cultures : anne.moreau@ac-creteil.fr ou 📞 01 57 02 66 66.

    Le projet implique aussi :

    • Yves Guinchat, conseiller musique
    • Sylvain Bory, conseiller arts visuels
    • Laure Fresches, conseillère écriture, lecture et oralité.
  • Classes festival Côté court (cinéma)

    Classes festival Côté court (cinéma)

    Partenaires : le festival Côté court de Pantin et le Ciné 104

    Ce PIE peut accueillir 2 classes de collège (4e-3e) ou de lycée.
    Priorité sera donnée aux établissements proches du Ciné 104 et de la Seine-Saint-Denis.

    Objectifs
    • Faire découvrir aux élèves le fonctionnement d’un festival, en centrant la réflexion sur la question de la programmation et de l’organisation (les enjeux, les choix, les critères de sélection, le fonctionnement d’un jury, etc.).
    • Faire connaitre le court métrage dans toute sa diversité (rétrospective, programmes thématiques, cinéma expérimental).
    • Faire découvrir des métiers du cinéma par des rencontres diverses et des ateliers de pratiques.
    • Favoriser la fréquentation d’un festival et d’une salle de proximité.
    • Apporter des éléments d’analyse et de réflexion critique sur le cinéma.
    Déroulement

    Chaque classe développera son projet en concertation avec l’équipe du festival et les intervenants, qui s’adapteront en fonction des propositions de l’équipe pédagogique et de l’âge des élèves.
    Le dispositif prévoit :

    • une rencontre avec le directeur de la salle et une projection des courts métrages primés les années précédentes
    • 3 ou 4 séances de travail avec un intervenant, professionnel du cinéma, à répartir dans l’année scolaire, accompagnées d’un volet pratique autour d’une thématique choisie (programmation, écriture de scénario, réalisation…)
    • un temps fort au moment du festival (en juin 2018) : projections, rencontre avec des réalisateurs et des membres du jury. Les classes impliquées, se rencontrent et échangent autour des travaux réalisés.
    Organisation

    Le temps d’immersion dans le festival est susceptible, en fonction de l’âge des élèves et du projet de la classe de dépasser le cadre strict des horaires de cours. Dans ce cas, elle doit être validée par l’administration et recevoir l’adhésion des élèves.

    Évaluation et suivi du projet

    Les enseignants et les intervenants de la structure mettent en place des outils qui permettent aux élèves de garder une trace de leur parcours : enquêtes simples à différents moments de l’action, journaux de bord (individuels ou collectifs) peuvent, par exemple, être des outils précieux pour rendre compte des différentes démarches suivies et de leur portée.

    Financement

    Le financement de l’action est pris en charge conjointement par le festival Côté court, et l’Éducation nationale.

    La part revenant à l’Éducation nationale et qui s’élève à 1000 € TTC doit être prévue dans le budget de l’établissement sur les moyens qui lui sont délégués.

    Récapitulatif budget prévisionnel, cout total pour une classe : 1300 €.

    Recettes :

    • Moyens qui peuvent être attribués par le rectorat : 500 €
    • Moyens sur les fonds propres de l’établissement : 500 €
    • Participation de la structure partenaire : 300 €.
    Modalités d’inscription

    Ce projet, inscrit au volet culturel du projet d’établissement, doit être saisi en ligne par le chef d’établissement, ou sous sa responsabilité, sur l’application «  PEAC  », accessible depuis l’adresse suivante  : http://sconet.in.ac-creteil.fr/ onglet Enquêtes et Pilotage, avant le 14 octobre 2017 en précisant bien qu’il s’agit du projet inter-établissements (PIE) Classes festival Côté court.

    Personnes à contacter
  • Classes-jury du festival Ciné junior (cinéma)

    Classes-jury du festival Ciné junior (cinéma)

    Structure partenaire : Cinéma public

    Visuel de Cinéma publicL’association Cinéma public organise chaque année depuis maintenant 27 ans, le festival international de cinéma jeunes publics Ciné junior qui se déroule dans vingt-deux salles de cinéma publiques et dix médiathèques du Val-de-Marne. Le festival Ciné junior a pour ambition de permettre aux enfants et adolescents du département de découvrir des films français et étrangers de qualité et d’aider concrètement la diffusion des films pouvant participer à un véritable éveil artistique du jeune public.

    Les classes-jury du festival Ciné junior voient avec leur enseignant tous les longs-métrages en compétition lors de 7 ou 8 séances pendant la durée du festival (2 semaines). Ce parcours à travers les films de la compétition Ciné junior est jalonné de rencontres avec des réalisateurs, des acteurs, des techniciens. Un intervenant les accompagne dans la découverte de ces films et la formulation de leur point de vue afin de les amener au choix d’un film lauréat et à l’écriture du texte qui accompagnera la remise du prix lors de la clôture du festival, moment fort où les différentes classes-jury du département se retrouvent. Lors de la clôture du festival, toutes les classes-jury remettent en effet leur prix devant le public, parfois en présence des réalisateurs, acteurs ou techniciens des différents films en compétition.

    Volume horaire : 20 h total par classe
    • Entre 1 h et 1 h 30 par film en compétition (soit pour 7 films en compétition, environ 10 h de projection).
    • Environ 5 h de rencontres en salle et interventions en classe.
    • Un temps de délibération en classe (2 h) + une après-midi de remise des prix (3 h).
    • Temps global par classe : 20 h environ.
    Financement

    Le cout total moyen d’un projet pour une classe est de 826 € (rémunération des intervenants + une partie de la billetterie). En outre, il est nécessaire de prévoir le financement du transport de la classe vers les lieux de projection du festival.

    À titre indicatif, les recettes peuvent se répartir ainsi :

    • Participation de l’établissement : 350 €
    • Moyens qui peuvent être sollicités auprès du rectorat : 350 €
    • La structure culturelle participe également au financement du projet.
    Modalités d’inscription

    Ce projet, inscrit au volet culturel du projet d’établissement, doit être saisi en ligne par le chef d’établissement, ou sous sa responsabilité, sur l’application «  PEAC  », accessible depuis l’adresse suivante  : http://sconet.in.ac-creteil.fr/ onglet Enquêtes et Pilotage, avant le 14 octobre 2017 en précisant bien qu’il s’agit du projet inter-établissements (PIE) Classes-jury du festival Ciné junior.

    Personnes à contacter pour plus de renseignements
  • Classes Passion cinéma à la Cinémathèque française (cinéma)

    Classes Passion cinéma à la Cinémathèque française (cinéma)

    Ce projet s’adresse à 3 classes de collèges et de lycées d’enseignement général ou professionnel.

    Déroulement de l’action

    Deux jours de travail à la Cinémathèque française et une demi-journée de rencontre et d’échanges entre toutes les classes pour présenter leurs travaux.

    Projet

    Les élèves participent à des expérimentations audiovisuelles autour de la découverte des collections abritées par le musée de la Cinémathèque : un patrimoine de films, costumes, décors, appareils, affiches et manuscrits présentés dans une scénographie originale qui fait la part belle aux coins et aux recoins, aux jeux de reflets et de miroirs, ou bien encore aux rapports de taille entre les objets…

    Accompagnés par deux intervenants professionnels et profitant de l’équipement audiovisuel des espaces pédagogiques, ainsi que des projections d’extraits de films commentés, les élèves réaliseront un petit essai audiovisuel en suivant les règles du jeu proposées. Le film sera inspiré par leur découverte de l’exposition et par le rapport qu’ils entretiennent et qu’ils créent avec ces objets de cinéma exposés.
    Le cinéma étant dorénavant entièrement numérique, et ce très récemment, le travail réalisé en atelier permet aussi de réfléchir à la question de la conservation et de la sauvegarde du cinéma, pour le futur.

    Financement

    Le financement de l’action (cout total : 1575 € par classe) est pris en charge conjointement par la Cinémathèque française et l’Éducation nationale.

    La part revenant à l’Éducation nationale et qui s’élève à 900 € TTC doit être prévue dans le budget de l’établissement sur les moyens qui lui sont délégués.
    L’établissement devra également prendre à sa charge les déplacements des élèves à la Cinémathèque française et prévoir un piquenique pour les journées entières.
    Le budget doit être équilibré : le total des « recettes » doit être égal au total des « dépenses ».

    Quelques éléments pour renseigner le budget lors de la saisie en ligne :

    DÉPENSES :
    Rémunération d’intervenants extérieurs (2 intervenants pendant 2 jours : 2 x 2 x 7 heures) : 1275 €
    Frais de fonctionnement, documentation, mise à disposition d’une salle : 300 €

    RECETTES :
    Établissement scolaire : 600 €
    Moyens qui peuvent être sollicités auprès du rectorat de Créteil : 300 €
    Cinémathèque française : 675 €

    Ce budget a été élaboré en partenariat entre la DAAC et la Cinémathèque française. Il est communiqué au préalable aux enseignants responsables afin de leur permettre de le présenter lors de la construction du volet d’éducation artistique et culturelle de leur établissement et de le faire valider par leur chef d’établissement et le conseil d’administration.
    Pour confirmer l’engagement du financement revenant à l’Éducation nationale, le chef d’établissement devra faire établir un bon de commande à l’ordre de la Cinémathèque française. La Cinémathèque française adressera une facture à chaque établissement après la dernière intervention.
    Aucune intervention ne commencera avant réception de ce bon de commande.

    Modalités d’inscription

    Ce projet, inscrit au volet culturel du projet d’établissement, doit être saisi en ligne par le chef d’établissement, ou sous sa responsabilité, sur l’application «  PEAC  », accessible depuis l’adresse suivante  : http://sconet.in.ac-creteil.fr/ onglet Enquêtes et Pilotage, avant le 14 octobre 2017 en précisant bien qu’il s’agit du projet inter-établissements (PIE) Classes Passion cinéma.

    Contacts
    • À la Cinémathèque française
      Gabrielle Sébire – Département pédagogique de la Cinémathèque française, adjointe à la direction, chargée des actions en milieu scolaire, 📞 01 71 19 33 39 (LD), g.sebire@cinematheque.fr
    • Au rectorat de CréteilDélégation académique à l’éducation artistique et à l’action culturelle (DAAC)
      Isabelle Bourdon, professeure relai* à la Cinémathèque française, i.bourdon@cinematheque.fr
      Gabrielle Grosclaude, conseillère cinéma, 📞 01 57 02 66 73, gabrielle.grosclaude@ac-creteil.fr

    * : nouvelle orthographe.

  • Découvrir un centre d’art contemporain francilien (arts visuels)

    Découvrir un centre d’art contemporain francilien (arts visuels)

    Sur plusieurs séances, tout au long de l’année, les élèves appréhenderont la création contemporaine à travers l’exemple de l’une des structures qui la soutient.

    Après avoir abordé les éléments structurels fonctionnels du centre d’art, les élèves rencontreront divers intervenants impliqués dans la scène artistique : un ou plusieurs artistes, des membres de l’équipe du centre d’art (programmation, régie, médiation) et ils feront également l’expérience de la confrontation à des créations artistiques.

    Les élèves visiteront les expositions programmées. Ils seront accompagnés dans l’appréhension des œuvres afin qu’ils puissent s’en saisir de manière sensible et développer un propos argumenté.

    Une rencontre avec un artiste sera organisée dans la mesure du possible. À cette occasion, l’artiste partagera son regard sur son travail, expliquera son parcours, son quotidien… Un atelier plastique conçu en prolongement des notions abordées au cours de la visite d’une exposition est envisageable dans certaines structures culturelles.

    Initié par La Maison d’art Bernard Anthonioz (MABA) à Nogent-sur-Marne, le projet peut être décliné avec de nombreux centres d’art contemporain implantés sur le territoire académique.

    Centres d’art participant au projet :

    • 75 : la Gaîté lyrique
    • 77 : le Centre photographique d’Ile-de-France (Pontault-Combault), la Ferme du Buisson (Noisiel), la Galleria Continua (Boissy-le-Châtel)
    • 93 : la Galerie (Noisy-le-Sec), Synesthésie (Saint-Denis), Aponia (Villiers-sur-Marne)
    • 94 : le Crédac (Ivry-sur-seine), la Maison d’art Bernard Anthonioz (Nogent-sur-Marne), la Maison de la photographie Robert Doisneau (Gentilly), le CAC La Traverse (Alfortville)

    Contact DAAC de Créteil : sylvain-francoi.bory@ac-creteil.fr, 📞 01 57 02 66 68.

  • (En)jeux des possibles, projet d’écriture et de mise en scène au Théâtre de l’Aquarium (écriture, lecture et oralité)
  • La Muse en circuit : Bahutscopies (musique)

    La Muse en circuit : Bahutscopies (musique)

    Lycées professionnels.

    Le projet Bahutscopies s’adresse aux lycées professionnels. Il permet la découverte des pratiques musicales de la Muse en circuit à travers la création électroacoustique (captation, manipulation et transformation du son, montage).

    Il propose aux élèves de s’approprier, par l’enregistrement, les sons et acoustiques de leur lycée, de leur formation professionnelle (ateliers, lieux spécifiques…) et de les accompagner dans la création de pièces électroacoustiques. L’approche artistique permet de mettre en valeur certaines formations professionnelles et de présenter aux futurs étudiants des métiers par la rencontre avec des professionnels du son.

    Le projet valorise l’idée de l’échange à travers l’acte de création. En effet, ces créations électroacoustiques peuvent aisément être diffusées sur Internet, être partagées, téléchargées, échangées via les réseaux sociaux.

    Bahutscopies est programmé sur deux ou trois journées en immersion, soit 12 à 16 heures d’interventions continues in situ, auxquelles s’ajoutent parfois des restitutions publiques.

    Le projet s’intègre dans la mise en place des nouveaux programmes :

    • enseignement d’arts appliqués et cultures artistiques des classes préparatoires au CAP (exploration, expérimentation, réalisation et verbalisation)
    • enseignement d’exploration – création et activités artistiques – Arts du son.
    Budget

    Le projet est facturé 1040 € TTC à l’établissement. La DAAC participe à hauteur de 570 €.

    Contact

    Yves Guinchat, conseiller musique DAAC : yves.guinchat@ac-creteil.fr – 📞 01 57 02 66 59
    Cédric Govaere, professeur relai* de la DAAC à la Muse en circuit : cedric.govaere@alamuse.com – 📞 01 43 78 80 80
    Sébastien Béranger, responsable de la pédagogie à la Muse en circuit : sebastien.beranger@alamuse.com

    * : nouvelle orthographe.

  • La Muse en circuit : Création sonore (musique)

    La Muse en circuit : Création sonore (musique)

    Tout établissement.

    Le projet permet la découverte des pratiques musicales de la Muse en circuit à travers la création électroacoustique (captation, manipulation et transformation du son, montage).
    Il propose aux élèves de les accompagner dans la création de pièces électroacoustiques.

    Le projet valorise l’idée de l’échange à travers l’acte de création. En effet, ces créations électroacoustiques peuvent aisément être diffusées sur Internet, être partagées, téléchargées, échangées via les réseaux sociaux.

    Le projet est programmé sur deux ou trois journées en immersion, soit 12 à 16 heures d’interventions continues in situ, auxquelles s’ajoutent parfois des restitutions publiques.

    Budget

    Le projet est facturé 840 € TTC à l’établissement. La DAAC participe à hauteur de 420 €.

    Contact

    Yves Guinchat, conseiller musique DAAC : yves.guinchat@ac-creteil.fr – 📞 01 57 02 66 59
    Cédric Govaere, professeur relai* de la DAAC à la Muse en circuit : cedric.govaere@alamuse.com – 📞 01 43 78 80 80
    Sébastien Béranger, responsable de la pédagogie à la Muse en circuit : sebastien.beranger@alamuse.com

    * : nouvelle orthographe.

  • Les Voix sans visages (droits de l’homme et cultures)

    Les Voix sans visages (droits de l’homme et cultures)

    À partir de la pièce de théâtre Les Voix sans visages, écrite par des détenues résistantes de la prison de Fresnes sous l’Occupation, la compagnie Mabel Octobre propose un atelier théâtre avec des lycéen-ne-s. Cet atelier d’une trentaine d’heures mené par la metteuse en scène Judith Depaule donnera lieu à une restitution. La distribution de la pièce prévoit 7 femmes et 1 homme mais les effectifs peuvent être sensiblement différents : des élèves peuvent faire des recherches historiques, d’autres peuvent s’associer à la mise en scène, aux lumières, au son etc.

    Ce projet est également en partenariat avec le musée de la Résistance nationale, l’AFMD 94 et l’AD 94. Des ressources pédagogiques seront produites à cette occasion.

    Pour toute information sur les modalités d’inscription et le financement de ce PIE, contacter Anne Moreau : anne.moreau@ac-creteil.fr ou 📞 01 57 02 66 66.

  • Œuvre en cours, avec la Maison des écrivains et de la littérature (écriture, lecture et oralité)

    Œuvre en cours, avec la Maison des écrivains et de la littérature (écriture, lecture et oralité)

    Œuvre en cours est une expérience singulière qui donne aux différents acteurs, élèves, auteur et enseignant, une occasion de mettre en partage une réflexion sur l’acte d’écrire. Dans cette action, le travail de l’auteur constitue la matière même de l’atelier.
    L’objectif est que l’écrivain partage avec les élèves sa propre démarche créatrice.
    Cette action vise principalement à faire découvrir le travail de création d’un écrivain, susciter une réflexion sur l’écriture et sur la lecture, donner le gout de la lecture aux élèves par la rencontre et la pratique avec un auteur, favoriser, par le travail en commun, les apprentissages scolaires et culturels des élèves, réconcilier avec la langue, en donner une meilleure maitrise, en faire mesurer toutes les ressources par l’expérience concrète et intime du travail sur les mots, dans une démarche de création.

    Différentes propositions peuvent être envisagées : présentation par l’auteur d’un ouvrage à l’état de manuscrit, questions, réflexion, exercices à partir de ce manuscrit, lecture d’œuvres qui nourrissent celle de l’auteur, mise en perspective de différentes publications de ce dernier, lecture d’un livre publié par l’auteur, travaux d’écriture qui permettent aux élèves de faire une expérience intime de la démarche de l’écrivain…
    Les échanges pourront aussi répondre à des questions que l’enseignant, l’écrivain, les élèves souhaitent voir abordées : questions liées à un genre littéraire précis, problématiques particulières (le personnage, le décor, la représentation du réel, la voix narrative…)

    La Maison des écrivains et de la littérature (Mél) fera des propositions d’écrivains en fonction du projet de la classe, du public visé, des souhaits particuliers de chaque enseignant ou équipe d’enseignants.

    Déroulement de l’action. Le dispositif prévoit
    • Une réunion de lancement de l’opération au cours de laquelle chaque enseignant (ou équipe d’enseignants) pourra rencontrer l’écrivain avec lequel il est prévu qu’il travaille. Réunion à la Maison des écrivains et de la littérature.
    • 5 séances de 2 heures avec l’écrivain, à répartir selon le projet (dans le cadre des horaires d’enseignement), avant les vacances de printemps.
    • Un temps de préparation entre l’enseignant et l’écrivain.

    À noter : dans le dispositif, l’enseignant et l’écrivain s’engagent à participer à la réunion de lancement, hors rémunération, pour préparer le projet.

    Ouverture culturelle

    Il est important que les équipes pédagogiques s’engagent à proposer à leurs classes d’assister à des manifestations culturelles centrées sur la littérature contemporaine : lectures, salons, rencontres avec des auteurs, etc.
    La Maison des écrivains et de la littérature les informera régulièrement à ce propos.

    Les participants s’engagent à respecter le cahier des charges.
    Il est souhaitable de travailler en équipe, notamment avec le ou la documentaliste et de prévoir dès le départ des modalités d’évaluation du projet, notamment de garder des traces de l’évolution des représentations des élèves, de leur relation à la poésie contemporaine : journaux de bord (individuels ou collectifs), vidéos…

    Financement

    Le principe est celui d’un co-financement de la rémunération de l’auteur entre l’établissement scolaire et la Mél.
    Cout du projet : 980 €
    La Mél et l’établissement cofinancent à parité les interventions de l’auteur.
    La part de la Mél s’élève à 490 €.
    La part revenant à l’établissement scolaire et qui s’élève à 490 € TTC pour les interventions du romancier, dont 245 € de crédits pédagogiques qui pourront être délégués par la DAAC, doit être prévue dans le budget. Elle sera à régler sur facture à la Maison des écrivains et de la littérature (facture envoyée par la Mél à l’établissement scolaire).
    En outre, il est indispensable de prévoir l’achat de livres et des éventuels frais de présentation des travaux d’élèves, ainsi que les sorties culturelles en lien avec le projet.
    Le budget doit être équilibré : le total des « recettes » doit être égal au total des « dépenses ».
    Toute séance supplémentaire se fera au tarif d’intervention de 196 € par séance de deux heures maximum.

    Personnes à contacter
  • Poète dans la classe : lire, dire, écrire la poésie contemporaine (écriture, lecture et oralité)

    Poète dans la classe : lire, dire, écrire la poésie contemporaine (écriture, lecture et oralité)

    Avec la Maison des écrivains et de la littérature

    Le dispositif Poète dans la classe propose aux élèves de rencontrer un poète pour vivre la poésie contemporaine à travers trois approches : la lire, la dire, l’écrire.

    Le projet vise principalement à faire découvrir la poésie contemporaine aux enseignants et aux élèves, donner le gout de la poésie aux élèves par la pratique créative, faire se rencontrer les univers de l’enseignant et du poète afin de favoriser, par un travail commun, les apprentissages scolaires et culturels des élèves, réconcilier avec la langue, en donner une meilleure maitrise, en faire mesurer toutes les ressources par l’expérience concrète et intime du travail sur les mots, expérience essentielle de la création poétique, proposer la parole poétique comme moyen privilégié d’expression de soi, comme médiation au monde et mode de participation à une culture.

    La Maison des écrivains et de la littérature fera des propositions de poètes en fonction du projet de la classe, du public visé, des souhaits particuliers de chaque enseignant ou équipe d’enseignants.

    Déroulement de l’action. Le dispositif prévoit
    • Une réunion de lancement de l’opération au cours de laquelle chaque enseignant (ou équipe d’enseignants) pourra rencontrer, à la Maison des écrivains et de la littérature, le poète avec lequel il est prévu qu’il travaille.
    • 4 séances de 2 heures avec le poète, à répartir selon le projet (dans le cadre des horaires d’enseignement), avant les vacances de printemps si possible.
    • Une 5e séance correspondant à la restitution publique du projet avec les autres classes et les poètes.

    À noter : dans le dispositif, l’enseignant et le poète s’engagent à participer à une réunion de lancement pour préparer le projet hors rémunération.

    UNE Ouverture culturelle

    Il est important que les équipes pédagogiques s’engagent à proposer à leurs classes d’assister à des manifestations culturelles centrées sur la poésie contemporaine : lectures, performances, manifestations organisées, entre autres, par la Maison des écrivains et de la littérature, la Maison de la poésie, le Printemps des poètes ou la Biennale internationale des poètes en Val-de-Marne.

    Les participants s’engagent à respecter le cahier des charges.
    Il est souhaitable de travailler en équipe, notamment avec le ou la documentaliste et de prévoir dès le départ des modalités d’évaluation du projet, notamment de garder des traces de l’évolution des représentations des élèves, de leur relation à la poésie contemporaine : journaux de bord (individuels ou collectifs), vidéos, etc.

    Financement

    cout total du projet par établissement : 1600 €
    Le principe est celui d’un co-financement de la rémunération du poète entre l’établissement scolaire et la Mél.

    • La part de la Maison des écrivains et de la littérature (Mél) : 800 €
      Pour information, le taux horaire de rémunération pour le poète (qui doit être obligatoirement versée en salaires conformément à la loi sur les droits d’auteur) est de 160 €, cotisations patronales et salariales comprises.
    • L’établissement scolaire
      La part revenant à l’établissement scolaire s’élève à 800 € TTC pour les interventions du poète, dont 400 € de crédits pédagogiques qui pourront être délégués par la DAAC. Elle sera à régler sur facture à la Maison des écrivains et de la littérature (facture envoyée par la Mél à l’établissement scolaire).
      En outre, il est indispensable de prévoir l’achat de livres et des éventuels frais de présentation des travaux d’élèves, ainsi que les sorties culturelles en lien avec le projet. Le budget doit être équilibré : le total des « recettes » doit être égal au total des « dépenses ».
    Personnes à contacter
    Partenaires possibles pour l’ouverture culturelle et les actions en lien avec le projet
  • Projet annuel avec le Frac Ile-de-France : Flash / collection (arts visuels)

    Projet annuel avec le Frac Ile-de-France : Flash / collection (arts visuels)

    Depuis la rentrée 2016, le Frac Ile-de-France (Fonds régional d’art contemporain) invite plusieurs lycées de la région à participer à un projet en deux volets dans le cadre d’un partenariat annuel intitulé Flash/collection :

    • 1 exposition d’une œuvre vidéo de la collection durant plusieurs semaines.
    • 1 journée de rencontre dans l’établissement autour d’un petit module itinérant contenant une sélection d’œuvres bidimensionnelles de petit format issue du thème annuel proposé par le Frac. Ce module est dessiné et conçu par un artiste, Olivier Vadrot.

    Chaque lycée bénéficiera d’une journée de présentation de ces œuvres par des médiateurs qui s’adressera au plus grand nombre d’élèves et d’enseignants.

    Ces projets s’accompagneront systématiquement d’actions de médiation telles que des visites commentées au Plateau du Frac à Paris et/ou au château de Rentilly, des séances pédagogiques, des interventions d’artistes et/ou de médiateurs et des formations. L’équipe enseignante peut aussi proposer des activités susceptibles d’enrichir l’offre du Frac.

    Prioritaires : lycées technologiques et professionnels, lycées en zones rurales et en zone de sécurité prioritaire.

    Pour toute information, contacter le Frac :

    Contact DAAC de Créteil : sylvain-francoi.bory@ac-creteil.fr, 📞 01 57 02 66 68.

  • Quand les artistes passent à table (arts du gout, éducation au développement durable, arts visuels)

    Quand les artistes passent à table (arts du gout, éducation au développement durable, arts visuels)

    Illustration : une écolière allongée le long d’une cinquantaine d’assiettes, bols ou tasses pleinsLa DAAC de Créteil propose un PIE autour des arts du gout en relation avec l’éducation au développement durable et les arts visuels en lien avec l’exposition Quand les artistes passent à table. Leurs regards sur l’alimentation élaborée par le ministère de la Culture. Celle-ci sera présentée à partir du 4 octobre 2017 et jusqu’au 30 novembre dans les espaces d’exposition du ministère de la Culture au 182, rue Saint-Honoré – 75001 Paris. Elle sera disponible par la suite sous une forme légère pour les établissements scolaires.

    De notre assiette à la terre, que se passe-t-il aujourd’hui ? Quel est l’impact de notre alimentation sur l’environnement ? Comment faire pour que nous soyons tous des mangeurs plus conscients, engagés vers une alimentation plus durable ? Toutes ces questions peuvent être traitées en suivant ce cycle logique : ce que je mange vient d’un distributeur qui l’a acheté à un producteur ou un industriel transformateur qui l’a lui-même obtenu d’un agriculteur qui a lui-même fait pousser ou élevé à partir d’un sol et d’une terre.

    De nombreux artistes, plasticiens et photographes ont pris ces sujets comme matière première d’un certain nombre de leurs œuvres. En accompagnement de celles-ci, des textes donnent des éléments de compréhension et quelques chiffres clés. Un livret est distribué pour proposer des pistes de réponses et présenter quelques initiatives prometteuses.

    Le projet inter établissements proposé par la DAAC de Créteil aura comme point de départ cette exposition. Plusieurs axes choisis par l’équipe enseignante peuvent compléter cette première approche :

    • les arts visuels : un-e intervenant-e artiste plasticien-ne pourra travailler avec les élèves sur cette thématique en ateliers.
    • l’éducation au développement durable : une association pourra aborder (par le biais de conférences, d’ateliers de réflexion, de pratique scientifique, de création de potager…) les enjeux relatifs aux problématiques de l’alimentation.
    • les arts du gout : des visites de structures culturelles (le Musée des arts décoratifs par exemple), des interventions de chef-fe-s cuisinier-ère-s pour un repas, une dégustation ou un atelier de cuisine peuvent être proposées.

    Pour toute information sur les modalités d’inscription et le financement de ce PIE, contacter Anne Moreau : anne.moreau@ac-creteil.fr ou 📞 01 57 02 66 66.

    La page de l’exposition sur le site du ministère de la Culture

Mai 2017

Mise à jour : 25 septembre 2017
 
Agenda
Vous devez activer JavaScript pour afficher l’horloge.